La composition chimique de l’huile d’argan

L’acide linoléique est un acide gras essentiel qui ne peut pas être synthétisé par l’organisme et qui doit donc être apporté par l’alimentation. Les acides gras essentiels ont un rôle très important dans la fonction de barrière et de perméabilité de l’épiderme et des échanges membranaires. Donc la carence en acides gras essentiels provoque un vieillissement cutané qui se traduit par le dessèchement de la peau et la perte d’élasticité. La correction de cette carence grâce à l’absorption régulière d’huile d’argan (par exemple 😉 permet de retarder le vieillissement cutané!

La fraction insaponifiable (environ 1%) contient des carotènes (37,5%), des tocophérols (7,5%), des stérols et des méthyl-stérols (20%), des alcools triterpèniques (20%) et des xanthophylles (6,5%). Les pigments colorant l’huile sont des carotènes et surtout des xanthophylles. L’huile d’argan est riche en composés phénoliques et tocophérols (620 mg/kg vs huile d’olive: 320 mg/kg). Ces tocophérols en font une excellente source de vitamine E qui est bien connue pour ses propriétés eutrophiques càd qui contribue au développement des organes. La richesse de l’huile d’argan en vitamine E entraîne la stimulation d’activités enzymatiques cellulaires liées à la détoxification et aux défenses anti-oxydantes.

La deuxième fraction des tocophérols correspond à des agents antioxydants permettant une bonne conservation de l’huile (mieux que l’huile d’olive).

Des stérols et leurs précurseurs (alcools triterpéniques et méthyl-stérols) sont aussi bien représentés dans l’huiel d’argan. Parmi ces stérols, on retrouve le schotténol auquel de nombreux chercheurs prêtent des propriétés anticancéreuses.

En conclusion, d’un point de vue chimique…l’huile d’olive, c’est bien…mais l’huile d’argan, c’est mieux ! 😉